Publié le 3 janvier 2015 | par Rédaction Zango

L’homme et la ruche avec Maurice Rouvière

C’est dans le sud de l’Ardèche que nous retrouvons Maurice Rouvière, apiculteur-chercheur qui  a passé une large partie de sa vie avec les abeilles et s’attache aujourd’hui à faire entendre leur voix… À travers des conférences et interventions scolaires, il tente d’alerter sur les dégâts causés par les pesticides tant sur l’environnement que sur l’homme tout en soulignant l’importance de la ruche et le rôle décisif de l’abeille dans la pollinisation.

Pour aller plus loin:
www.abeille-cevenole.fr/Accueil.html

 

+ Script de la vidéo

Alors on vient d’arriver dans le sud-Ardèche, à Lablachère précisément.

On va rencontrer l’homme qui murmurait à l’oreille des abeilles, Maurice Rouvière.

J’aimerais savoir d’où vient cet amour pour cet animal, pour la ruche comment sa né chez toi, quel est le déclic?

Ben le déclic c’est que je baigne dans les éléments de la nature, j’ai toujours été passionné par la nature, l’environnement, les animaux. Je suis un grand passionné des animaux, des abeilles, des oiseaux aussi. Et puis les abeilles c’est quand même un animal des dieux.

N’ayons pas peur des mots je dit des dieux parce que c’est un animal qui donne la vie par la pollinisation il nourrit l’humanité il faut bien que l’être humain en ait conscience.
C’est un animal qui donne une production du miel des essaims et puis alors c’est un animal tellement merveilleux à étudier qu’on ne s’en lasse pas. Ça fait 45 ans que j’étudie cet animal
et je me perfectionne dans les expériences de plus en plus.

Je suis un apiculteur comme tout le monde mais quand j’avais beaucoup de ruches, j’ai eu quand même un jour sur mes ruchers 60 % de perte donc je vous garantit, là vous cherchez à repenser l’apiculture.

Très engagé dans la protection de l’environnement maurice travail avec les abeilles depuis 45
ans apiculteur professionnel un temps aujourd’hui il étudie l’abeille de près et communique sur ses techniques et ses découvertes.

Bon alors direction le rucher. Ce qui est intéressant à savoir c’est qu’il fait des expérimentations sur différents types de ruches et ces expériences l’ont mené à connaissance très précise de l’animal.

Quand je suis sur mes ruchers, je suis plus avec personne et je fais partie de mon essaim quand j’ouvre une ruche.
J’ai des gens autour de moi, des stagiaires… Je suis plus avec eux et c’est de là que vous verrez que vous avez plus d’agressivité chaque fois que vous ouvrez une ruche il faut vite voir le comportement de cet animal

Ça fait combien à peu près d’individus?
Elles sont facilement 60 000 là.

Je vois pas l’abeille elle seule moi, je vois un animal qui est un essaim qui a un sang chaud qui est à 37 degrés comme un mammifère et donc l’abeille, c’est un élément, une
cellule de cette grappe, à sang froid. Donc elle a besoin d’une masse chaude
pour pouvoir vivre il faut savoir que la reine doit être à 30°C même s’il fait -10°C. Le miel est à une température de 29°C 30°C et toujours liquide. Elles n’ont plus qu’à le sucer.

Tags: , , , , , , , ,


À propos de l'auteur

Rédaction Zango

Regroupant l'ensemble de l'équipe de rédaction, cet auteur aux multiples visages publie les vidéos et les écrits collectifs.



One Response to L’homme et la ruche avec Maurice Rouvière

  1. Bonjour,

    Merci pour votre documentaire d’excellente qualité.
    De belles images, un contenu intéressant dans une durée raisonnable.

    Merci aussi pour la découverte de ce modèle de ruche que je ne connaissais pas.

    La recherche du bien être des abeilles est l’objectif de l’apiculteur et les différentes approches existantes (et à venir) en attestent. Presque autant de techniques que d’apiculteurs 😉

    Bonne continuation,

    Olivier

Laisser un commentaire

Back to Top ↑